A la une
  • 10 MMDH d'investissements de l'OCP pour Jorf Lasfar
    10 MMDH d'investissements de l'OCP pour Jorf Lasfar

    La commission des investissements a annoncé un investissement de 9,75 milliards de dirhams, hier, que réalisera le groupe OCP. Cette somme servira à renforcer les quatre unités industrielles de Jorf Lasfar.Contrairement à ce que confirmait une de nos sources, les 9,75 milliards de dirhams d’OCP Group révélés par la commission des investissements ne "serviront pas à la construction d’une nouvelle unité industrielle à Meknès". Selon le management du groupe phosphatier, cet investissement vient donc en complément du complexe de Jorf Lasfar où sont prévues quatre unités industrielles.

  • DHJ-Esperance de Tunis: 1-1 / Un bon test pour les Doukkalis
    DHJ-Esperance de Tunis: 1-1 / Un bon test pour les Doukkalis

    L'Espérance Sportive de Tunis pour célébrer le 60ème anniversaire de sa fondation ! - Au menu: Inauguration du DHJ Sore, exposition de photos retraçant l'histoire du club et l'hommage aux anciens joueurs, dirigeants et entraineurs...   Le DHJ, co-leader du championnat marocain, a affronté mardi dans le cadre de ses festivités pour célébrer le 60ème anniversaire de sa fondation, l'emblématique club Tunisien de l'Espérance Sportive (EST). Une rencontre où le résultat importait peu, où les deux coachs, Talib et Benzerti, ont pu superver et essayé un grand nombre de leurs joueurs pour les évaluer à juste titre. Cette rencontre d'un niveau technique juste moyen s'est soldée sur un score de parité (1-1). Les poulains de benzerti ont ouvert le score par Mountassir dès la 8ème minute du coup d'envoi du match (0-1), avant que leur coéquipier Mbarki n'égalise contre son camp à la 72è de la 2ème mi-temps (1-1).   Cette fête footbalistique a été ponctuée d'une série d'activités non moindres, à savoir l'inauguration en partenariat avec le sponsor officiel "Bang Sport" du magasin "DHJ STORE". Un magasin aux articles de sport, situé à quelques mètres du Stade El Abdi et au centre commercial Carrefour. Un magnifique site orné  d'une gamme de sport aussi riche que diversifiée qui sera mise à la disposition du public Doukkali à des prix abordables. Le gouverneur de la province d'El Jadida Mouad Jamaï et ses invités se sont déplacés par la suite vers la salle d'exposition. Une expo dédiée aux photos du DHJ et autres rares documents retraçant les différentes étapes de l'histoire du club. Cette belle initiative à été également l'opportunité d'avoir une sympathique pensée pour les anciens joueurs, dirigeants et entraineurs qui ont beaucoup donne au DHJ pour les associer à cette magnfique fête sportive. Les "Sang et Or" se trouvent en stage de concentration au Maroc du 15 au 24 janvier en cours. Les Tunisiens sont à Marrakech depuis dimanche. Ils ont entamé lundi à El Jadida leur deuxième stage d'intersaison. Pour ce rassemblement, l'entraineur Faouzi Benzarti a fait appel à 28 joueurs. Il s'agit des Mbarki, Moncer, Beguir, Rejaibi, Ben Mohamed, Ben Youssef, Ben Abda, Jemal, Mejri, Badri, Bulbowa, Yeddes, Coulibaly, Talbi, Karoui, R.Fedaa, Jelassi, Naghmouchi, Anane, Guasmi, Rabii et Chaalali. Les 6 autres joueurs en l'occurrence Miladi, Skander Msekni, Chetioui, Boucetta, El Kar et Alaeddine Ben Salah n'ont pu rejoindre Marrakech que lundi soir.   Un programme copieux et surtout riche en football attend le club Tunisien de l'EST, dans la mesure où Benzerti et ses protégés disputeront deux autres matches amicaux au maroc, notamment contre le KACM et la RSB. Le 2ème match est programmé pour ce vendredi 20 janvier à partir de 15h au grand stade de Marrakech et le dernier le 23 janvier, contre la RS de Berkane. Leur retour à Tunis est prévu pour le lendemain mardi 24 janvier.     Mohamed LOKHNATI PH : AZIZ                                                         

  • EL JADIDA : LA REQUALIFICATION DE LA FAÇADE MARITIME EN MARCHE
    EL JADIDA : LA REQUALIFICATION DE LA FAÇADE MARITIME EN MARCHE

    L’Agence urbaine, en partenariat avec la province, vient de réaliser une étude pour la requalification du paysage urbain, architectural et paysager de la façade maritime. Il s’agit ainsi d’insérer cette façade maritime dans le développement économique et urbain dont bénéficie la ville.   Requalifier le paysage urbain, architectural et paysager de la façade maritime d’El Jadida. C’est l’un des objectifs d’une étude qui a été réalisée par l’Agence urbaine de la ville, en partenariat avec la province. Il s’agit ainsi d’insérer la façade maritime dans le développement économique et urbain dont bénéficie la ville d’El Jadida et apporter des solutions novatrices aux dysfonctionnements éventuels dont souffre actuellement la ville. Selon cette étude, la ville doit procéder au réaménagement du parc existant côté mer, la réalisation d’une petite marina avec réhabilitation du bâtiment existant de l’OCP et sa reconversion en aquarium public, la création d’une zone touristique à densité maîtrisée prés du haras, avec la tour en R+10 projetée par l’OCP, comme un nouveau signal dans la ville. Ce sera ainsi le plus haut bâtiment de la ville d'El Jadida. Il est aussi envisagé de supprimer la rupture existante entre la voirie côtière devant l’hôtel Marhaba et le Parc Mohammed V, en prévoyant la continuité de la circulation en bord de mer, et en transformant la voie piétonne en voie semi-carrossable. L’avenue Annakhil est aussi concernée par une mise en valeur à travers son aménagement en voie piétonne commerciale, comprenant des commerces, des magasins et des cafés restaurants…La réhabilitation des bâtiments du 20e siècle est également à l’ordre du jour avec, notamment l’ancien hôtel Marhaba. L’étude préconise aussi l’embellissement du centre ville avec les deux entrées de la ville côté mer, et incluant la partie patrimoniale la plus intéressante d’El Jadida.   Des piscines comme sur Ain Diab à Casablanca Dans ce cadre, la proposition vise, en premier lieu, d’assurer la continuité de la circulation carrossable et piétonne le long de la corniche, avec des aménagements et des traitements paysagers adéquats projetés pour les places publiques et les promenades piétonnes, tout en assurant la mise en valeur du cœur historique de la ville : la Cité portugaise. Par ailleurs, des prescriptions spécifiques sont prévues pour les places les plus marquantes du centre ville : la place Brija, la place Mohammed V et la place Mohammed Ben Abdellah, en créant des jonctions adéquates entre ces places. Le recul de la clôture du port est également préconisé afin de continuer la promenade piétonne depuis la corniche vers la Cité portugaise, tout en assurant la mise en perspective du bâtiment de la douane, qu’il est prévu de reconvertir en Office de tourisme. Du côté de Sidi Bouzid, il est envisagé de marquer l’entrée de la ville par un urbanisme de meilleure qualité et un traitement paysager adéquat en prévoyant une zone touristique sur les terrains vides, avec un pôle résidentiel, touristique et balnéaire. L’étude s’oriente vers la création d’esplanades publiques avec des aménagements et des équipements adaptés pour pêcheurs, promeneurs et autres usagers de la corniche, sur les zones dégagées côté mer. Et, comme à Casablanca du côté Ain Diab, il est envisagé la création de plateformes pour piscines de mer sur la plage rocheuse.

  • EL JADIDA:  SCOTT LUNDHAL NOUVEAU PATRON DE MAZAGAN BEACH RESORTS
    EL JADIDA: SCOTT LUNDHAL NOUVEAU PATRON DE MAZAGAN BEACH RESORTS

    Optimiser le niveau de la qualité des services et de l'animation, apparaissent comme stratégiquement incontournables pour Scott Lundahl, nouveau DG de Mazagan Beach Resorts !Dans la foulée d'une saison touristique relativement positive dans un contexte touristique national difficile notamment en raison de la conjoncture économique très perturbée, il semble plus que jamais important et stratégique pour les professionnels du tourisme de conquérir de nouveaux marchés étrangers. Ainsi l'ambition des investisseurs développeurs de Mazagan Beach Resorts a amené ces derniers à nommer récemment à la tête de cette magnifique station balnéaire Sir Scott Lundhal, comme nouveau Directeur Général.  Il s'agit d'un expert du domaine qui capitalise déjà plus de 17 années d’expérience l’ayant mené tour à tour au Four Seasons Hotels and Resorts Singapour, en Indonésie, aux Caraïbes, en Egypte et aux USA en tant que Manager d’hôtel. C’est en 2010 qu’il rejoint le groupe Kerzner International au poste de Resort Manager, d’abord au One & Only Reethi Rah Maldives, ensuite à Mazagan Beach & Golf Resort depuis 2013. Attirer de nouvelles clientèles étrangères et gagner des parts de marché, mais aussi et surtout optimiser le niveau de la qualité des services et de l'animation, apparaissent comme stratégiquement incontournables pour Scott Lundahl, comme nous l'avait-il bien insinué Mme Idrissi Khadija, chef du département communication de Mazagan lors d'une sympathique réception organisée en l'honneur des journalistes. L’objectif est de faire émerger des destinations fortes et visibles à l’international, précise le nouveau DG de Mazagan Beach & Golf Resorts. Ce dernier s’est engagé à développer le potentiel de Mazagan Beach & Golf Resort au Maroc et à l’international. Il s'agit pour Scott du début enrichissant d’une nouvelle aventure au sein d’un marché qui présente aujourd’hui ses propres défis. Cependant, avec une équipe passionnée déjà en place alliée à un magnifique palace en rénovation continue avec un emplacement idéal, il peut d’ores et déjà avancer que c’est une expérience très positive de rejoindre cet établissement. Scott Lundahl semble dejà impatient d’explorer les nombreuses opportunités qui s’offrent à Mazagan Beach Resorts.  Plein d'ambition et soucieux de développer le potentiel de Mazagan Beach & Golf Resort au Maroc et à l’international, Scott lundahl compte apporter tout son savoir-faire et son expérience dans l’hôtellerie de luxe au service de la qualité et de l’excellence. Nul doute que l’année 2017 marque une nouvelle étape pour Mazagan Beach & Golf Resort, en effet depuis février de cette année Scott Lundahl a assumé la position de Directeur Général en contribuant au développement du Resort tout en assurant sa continuité. A ce poste Scott Lundahl affirme par ailleurs sa volonté de poursuivre l’ascension de Mazagan Beach & Golf Resort et de la région en tant que destination à part entière au Maroc.                                       Mohamed LOKHNATI *NPM/ Scott Lundahl nouveau DG avec notre collaborateur Mohamed LOKHNATI

  • El Jadida : Vaste coup de balai pour libérer le domaine public de la ville
    El Jadida : Vaste coup de balai pour libérer le domaine public de la ville

    Forts de consignes fermes visant la limitation de leurs commerces dans certaines zones et selon un calendrier fixe, des agents d'autorité de la ville d'El Jadida assistés des pouvoirs publics ont réussi une vaste campagne de liberation du domaine public des griffes des marchands ambulants qui sévissaient partout dans la ville. « On ne peut pas tolérer une occupation quasi permanente du domaine et des voies publics. Cette situation a trop duré et il est temps d'y mettre un terme. La population Jdidie en a marre de ces marchands ambulants qui sont nombreux à investir les artères et ruelles de la ville en entravant la fluidité de la circulation », nous a indiqué un mokaddem sous le sceau de l'anonymat. Une initiative qui, d'un côté fut très saluée par l'opinion publique et surtout pour les marchands qui payent dûment leurs impôts vivant depuis longtemps un vrai calvaire à cause de  la concurrence déloyale et farouche que leur livrent sans pitié les marchands ambulants, et malvenue d'autre part, pour ces derniers qui traînent derrière eux des centaines de bouches à nourrir. Mais c’est surtout dans les ménages que se joue le grand drame, avec des centaines de milliers de femmes et autres petits commerçants dont le quotidien était conditionné par leurs installations de fortune aux abords des voies. Vendeurs et vendeuses de toute sorte de produits de grande consommation qui essaimaient la ville du nord au sud, vont devoir se reconvertir. Inutile de souligner aussi que bon nombre d’entre eux comme Brahim M., ont dû contracter des prêts pour s’installer, et doivent faire face aux échéances de remboursement... Autres conséquences des déguerpissements, les petits coins de restauration qui permettaient aux petites bourses (artisans, étudiants, apprentis, etc) de se restaurer à moindres frais, sont désormais rayés de la carte d'El Jadida, avec à la clé, une réduction drastique du niveau de vie. Autant de situations qui prouvent à suffisance, que la pilule de cette salubrité un peu brutale mais nécessaire, restera longtemps amère dans la bouche des marchands ambulants concernés. Il est à souhaiter que des praticiens de la micro-économie, s’intéressent à la question, pour mieux édifier les uns et les autres.

  • EL JADIDA : L’EXTENSION DE LA ZONE INDUSTRIELLE S’IMPOSE
    EL JADIDA : L’EXTENSION DE LA ZONE INDUSTRIELLE S’IMPOSE

    a zone industrielle de la ville d’El Jadida va s’agrandir pour pouvoir héberger de nouvelles unités. Un objectif de 100 ha supplémentaires pour un investissement d'1,072 MMDH est actuellement à l’étude par l’Agence urbaine d’El Jadida pour palier à la saturation de l’actuelle zone industrielle qui compte 376 lots dont 370 sont attribués à 206 bénéficiaires qui ont réalisé 205 unités industrielles. «La zone a connu des actions de regroupement qui n’étaient pas sans conséquences sur son organisation et son fonctionnement. Pour ce qui est des infrastructures, le site a subi les contrecoups d’une mise en valeur et d’une gestion peu soucieuse d’une bonne préservation des équipements en place. L’actuelle zone industrielle nécessite une réelle mise à niveau», relève l’étude d’Omar El Idrissi, Architecte docteur en urbanisme et aménagement. Les dysfonctionnements constatés sont multiples. Il a été notamment relevé la multiplication des rejets solides sur la voirie, le manque d’attention au déversement de certains produits à la sortie des usines et les eaux usées ne subissent aucun traitement initial avant d’être rejetées dans le réseau d’assainissement. Il a été également constaté une déficience des structures de base, notamment en matière d’assainissement avec l’absence de station d’épuration des eaux usées. D’autres constats attestent de la faible protection contre les risques, la défaillance de l’éclairage public, une accessibilité peu aisée et une signalisation déficiente. L’étude relève également que des lots ont été octroyés sans valorisation et la présence de chantiers de construction abandonnés. Par ailleurs, l’équipement de la zone qui s’est fait d’une manière progressive, n’arrive pas à suivre convenablement son évolution rapide. Aussi, l’étude se veut-elle porteuse d’une nouvelle vision aménagiste, visant la redynamisation de la zone industrielle et la revalorisation des potentialités de la ville, dans ce domaine. Il est notamment proposé le relogement des 250 ménages vivant actuellement sur les 100 ha pour des investissements de l’ordre de 72,5 MDH afin de libérer le terrain. Pour sa part, l’assainissement de l’assiette foncière nécessitera dans les 500 MDH et le même montant devra être prévu pour la viabilisation du site.  Le financement devra s’effectuer en partenariat entre le ministère de l'Habitat de l'urbanisme et de la politique de la ville, le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Industrie, le Conseil provincial, la municipalité et le Fonds Hassan II. La viabilisation de la nouvelle zone avec comme porteur du projet le département de l’Industrie et la municipalité devra prévoir 370 lots. De plus et afin de rehausser l'image de la ville et de la zone industrielle, l’étude prévoit l’aménagement de la façade de la zone d'extension et l'entrée de la ville ainsi qu’un espace vert longeant la route nationale pour 60 MDH. L’étude préconise aussi la mobilisation de 200 MDH supplémentaires dans l’objectif d’améliorer le service à offrir aux industriels et faciliter ainsi l’investissement grâce à la réalisation des équipements administratif et logistique dans la zone industrielle comme par exemple : protection civile, douane, police, annexe, municipalité, dispensaire, administrations…