A la une
  • El Jadida : Il photographie une mère de 3 enfants et passe au chantage
    El Jadida : Il photographie une mère de 3 enfants et passe au chantage

    Mère de trois enfants, elle est âgée de quarante-sept ans. En fait, Fatima Ezzahra n’a jamais imaginé sa situation face à un escroc doublé d’un maître chanteur, à qui elle a fait confiance.C’était en 2012, quand elle a acheté un lot de terrain, dans la région d’Al Haouzia, pour construire son propre domicile, elle cherchait quelqu’un qui devait se charger de la construction. Par l’intermédiaire d’un proche, elle a fait la connaissance de cet employé qui devait se charger de son projet. Au fil du temps, leur relation de travail s’est développée en relation familiale. Les deux familles ont commencé à se rendre visite. Cette relation amicale va davantage se consolider. En effet, Fatima Ezzahra n’a pas hésité une seconde à prêter une importante somme d’argent à son employé dès que son épouse lui fit part de la crise financière de son époux.Seulement, ce dernier, après quelques mois, disparaît… Il n’a plus donné signe de vie. En apprenant qu’il travaillait dans un chantier de construction situé dans la région de Msawar Rasso, elle l’a rejoint rapidement pour récupérer son argent. A l’intérieur du chantier, l’époux débiteur lui demanda de coucher avec lui. Elle refusa. Il tenta alors de la violer, après lui avoir déchiré tous ses vêtements. Mais, en la dénudant, il l’a photographiée avant de l’abandonner. Quelques jours plus tard, il lui a téléphoné pour lui demander de le rencontrer dans un appartement de son frère, situé au quartier Enajd tout en la menaçant de publier ses photos sur les réseaux sociaux si elle refusait. N’ayant pas d’autre choix, elle lui a cédé. Et il l’a photographiée une fois encore. Après quoi, il a commencé à la faire chanter en lui demandant de lui envoyer des sommes d’argent pour qu’il n’envoie pas ses photos à son mari. Elle lui a versé une somme de 20 mille dirhams. Puis, il lui a demandé une somme de 25 mille dirhams. Ne supportant plus ce chantage, elle a recouru enfin à la police pour porter plainte. Son mari l’a soutenue. Et le mis en cause a été arrêté, mais il a affirmé qu’il entretenait avec elle une relation amoureuse normale et de son plein gré.

  • Zémamra /  3 enfants d'une école coranique trouvent la mort !
    Zémamra / 3 enfants d'une école coranique trouvent la mort !

    La population des Zémamra s'est reveillée ce matin sur un veritable drame ayant coûté la vie à trois enfants âgés entre10 et 14 ans. Les victimes sont originaires des régions avoisinantes et poursuivaient tous leurs études dans une école coranique située à Hay Salam. Elles ont perri suite à un grave incendie qui s'est déclaré dans la nuit de lundi à mardi dans la mosquée abritant leur école. Des témoins affirment avoir vu des flammes géantes ravageant une bonne partie de la mosquée, avant de se propager comme une traînée de poudre vers le dortoir de l'école coranique où dormaient les victimes, y portant de graves dégâts materiel et surtout humain....Un court-circuit serait, selon une source responsable, la cause de ce regrettable sinistre qui a endeuillé toute la ville des Zémamra. Les autorités judiciaires compétentes ont ouvert une enquête pour élucider les circonstances de cet incident et confirmer ou infirmer cette piste.                                    Mohamed LOKHNATI

  • Sidi Bennour:  Une Tbourida qui tourne au drame !   - 1 cavalier tué en pleine chevauchée et un blessé grave en 48 heures !
    Sidi Bennour: Une Tbourida qui tourne au drame ! - 1 cavalier tué en pleine chevauchée et un blessé grave en 48 heures !

    Un cavalier, membre d'une sorba de tbourida représentant la région de Khmis Ksiba participant au moussem régional de Tbourida à Sidi Bennour, a trouvé la mort dimanche en pleine chevauchée, des suites d'une grave blessure due à une mauvaise manipulation de fusil, lors du tir coordonné de la salve de la cavalerie. Une enquête est d'ailleurs en cours... Ce regrettable drame intervient malheureusement deux jours après un autre grave incident à cause duquel un autre cavalier a été grièvement blessé au genou, ce qui soulève encore une fois le problème de la sécurité dans de telles manifestations qui rassemblent souvent une foule énorme de spectateurs...Rappenons que la fantasia équestre, héritage d'une vieille tradition guerrière, suscite toujours l'enthousiasme populaire au Maroc. "tbourida" ou "jeu de la poudre", une spectaculaire charge de cavalerie qui se termine par un tir synchronisé de mousquets.Exceptionnellement, ce sont les quinze meilleures troupes du pays, les "sorbas",  participent chaque année au Salon du Cheval d'El Jadida. Un spectacle grandiose, dans un fracas de galops et une explosion de couleurs. Harnachés dans leurs plus beaux atours, des dizaines de cavaliers, fusils en main, se lancent tour à tour à l'assaut d'un long terre-plein central sablonneux, sous les vivats de la foule....                         Mohamed LOKHNATI

  • NABIL TOUNSI & IHAB AMIR AU THÉÂTRE AFFIFI A EL JADIDA
    NABIL TOUNSI & IHAB AMIR AU THÉÂTRE AFFIFI A EL JADIDA

    A l’occasion du retour du Royaume du Maroc à l’Union africaine (UA), l'Association du Forum Marocain des élèves et Etudiants organise une cérémonie pour célébrer cet événement phare qui a marqué le sommet d'Addis-Abeba fin janvier dernier.Et c'est à partir de ce contexte, que le FMEE se permet de faire de ce retour un moment de cérémonie, et victoire et de célébration à travers l'organisation d'une soirée artistique et culturelle marquée par la présence de plusieurs artistes et de plusieurs personnalités de haut calibre. info line : 06 75 32 96 30 / ticket.event.info@gmail.comticket VIP : buffet inclus 199DHTarif ETUDIANTS : 149DH LE 09 MAI 2017 A 19H THÉÂTRE AFFIFI EL JADIDA

  • El Jadida : Une panoplie d’activités pour célébrer la Journée mondiale du sport
    El Jadida : Une panoplie d’activités pour célébrer la Journée mondiale du sport

    La province d’El Jadida abrite du 6 au 8 avril une panoplie d’activités sportives organisées dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du sport au service du développement et la paix. Cet évènement a pour objectif de célébrer le sport en tant que moteur du changement social positif, et vecteur de tolérance, de paix et de développement durable. En effet, la ville d’El Jadida accueillera du 6 au 7 avril 2017 les jeux régionaux de « Special Olympics Morocco » qui se dérouleront au complexe sportif de l’OCP. Cet événement sportif, connaîtra la participation de 169 athlètes représentant 26 associations. Au programme de ces jeux figurent des épreuves de natation, d’athlétisme, de gymnastique, de tennis de table, de natation en eaux libre et d’haltérophilie.Par ailleurs, la Province d’El Jadida organise le 8 Avril 2017 en partenariat avec l’Association Provinciale pour le Développement du Sport (APDS) et la délégation provinciale de la jeunesse et du sport et en collaboration avec les associations de la société civile opérant dans le domaine du sport, une journée ouverte de sport à d’El Jadida, Azemmour et Sidi Ali Ben Hamdouch.Plusieurs activités de différentes disciplines seront programmées durant cette journée au club DHJ de tennis, au train de proximité Saâda, à la salle de sports Driss Chakiri et à l’oued Oum Rabia. En marge de cette célébration une convention de partenariat, sera signée entre DHJ de foot et l’Association Provinciale des OEuvres Sociales (APOS) au centre provincial de kinésithérapie. Pour clôturer cet évènement, l’Association Sportive des Talents des Quartiers d’Azemmour en partenariat avec l’INDH et l’APDS organiseront le festival arabe des sports traditionnels à sidi Ali Ben Hamdouch.

  • Après 83 ans : de nouvelles fouilles archéologiques dans les grottes d’El Khenzira à El Jadida
    Après 83 ans : de nouvelles fouilles archéologiques dans les grottes d’El Khenzira à El Jadida

    Invités par le Centre d’Etudes et de Recherches sur le Patrimoine Maroco-Lusitanien à Al-Jadida (Ministère de la Culture), les membres de la mission de fouilles archéologiques des grottes d’Al-Khanzira ont eu une rencontre des plus chaleureuses et fructueuses avec le public, ce Lundi 03 Avril 2017, dans l’espace Musée de la Mémoire de la Résistance (Délégation du HCRAL) d’Al-Jadida. Un public averti et très attentif, venu d’Al-Jadida, Moulay Abdallah, Casablanca, et surtout de Douar Oulad Brahim, lequel Douar qui abrite ce fameux site archéologique d’El-Khenzira. Le débat qui a suivi la présentation scientifique témoigne de la qualité du public et aussi de l’intérêt que porte désormais la société civile à la question du patrimoine. La Conférence présentée par des archéologues marocains et Anglais, fut introduite par le Directeur du CERPML, l’archéologue Aboulkacem CHEBRI qui a bien éclairé le public sur l’histoire de ces fameuses grottes d’El-Khenzira fouillées dans les années 30’s et qui appartiennent à la civilisation préhistorique dite «Atérien» (الحضارة العــتيرية). Cet Atérien qui était daté par moins de Cinquante mille (50 000) ans par les recherches du Protectorat, remontrait à environ Cent Cinquante mille (150 000) ans en fonction des nouvelles recherches, selon Mr Chebri qui a précisé que c’est dans ce sens de reconsidération-révision des anciennes datations que s’insère ce projet de fouilles à Khenzira (El-Jdida) et à Taforalt (Berkane). A toute recherche archéologique il y a une problématique qu’il faut tenter d’y répondre, dit-il. Ces données seront corroborées par Pr Nick BARTON et Dr Abdeljalil BOUZOUGGAR et Pr Simon COLLCUTT qui ont présenté la conférence au nom de leurs collègues membres de la mission (Marocains, Anglais et Français). Voici un résumé de leurs propos tels qu’ils voulaient le présenter.   Dans le cadre d’une problématique scientifique autour des  «des couloirs des migrations et des activités humaines sur la façade atlantique du Maroc», une équipe de chercheurs marocains, britanniques et français a effectué des recherches archéologiques dans les grottes d’El Khenzira (Douar Oulad Brahim, Commune de Moulay Abdallah, El Jadida) du 5 mars au 4 avril 2017. Ces recherches ont obéi à trois objectifs principaux : -        Evaluer le potentiel archéologique des grottes d’El Khenzira après 83 ans des premières fouilles archéologiques menées par Armand Ruhlmann en 1934 : -        Etudier la stratigraphie des deux grottes ; -        Préciser la chronologie des activités humaines identifiées par les anciennes fouilles. L’opération de cette année était essentiellement un test d’évaluation pour préparer d’éventuelles fouilles et recherches archéologiques de grande envergure. C’est ainsi que les résultats obtenus et qui sont encore préliminaires en attendant de les confirmer par des études  aux laboratoires sont extrêmement importants. Ils peuvent ainsi être résumés comme suit : -        Même si Armand Ruhlmann a réalisé de grandes fouilles dans les grottes, il reste encore d’importants volumes de sédiment contenant des traces des activités humaines avec plusieurs restes de la faune fossile ; -        Certaines couches archéologiques sont très riches par des éléments qui peuvent aider dans des opérations de datation afin de préciser l’âge des couches archéologiques à travers des méthodes techniques comme le radiocarbone ou la luminescence stimulée optiquement OSL; -        La faune fossile découverte cette année confirme la présence de plusieurs espèces d’animaux herbivores (gazelles, bubales, bovidés….) et d’autres carnivores (hyènes, chacal…). -        Plusieurs objets archéologiques ont été découverts et qui correspondent à des outils en pierre fabriqués à partir du silex, des objets de parure sous forme de coquilles marines perforées. La présence des coquilles marines perforées semblables à ce qui a été découvert ailleurs au Maroc confirme que la façade atlantique marocaine a été un couloir d’échanges non pas seulement entre le Sud et le Nord mais aussi Sud-Sud et que le désert saharien n’a jamais été un obstacle pour des contacts et des migrations humaines dans les deux sens entre le Maroc et les zones subsahariennes.  L’une des questions relatives aux premières activités humaines, concerne le début de l’utilisation des objets symboliques. De ce fait, les objets de parure dépassent la fonction de l’embellissement ou de décoration et sont considérés comme des objets symboliques et d’identité partagés au sein d’un groupe humain ou avec d’autres groupes. En Europe, les plus anciennes manifestations d’utilisation des objets de parure ne dépassent pas 40 mille ans. Les publications récentes de ces objets découverts dans d’autres sites archéologiques marocains fournissent des dates qui dépassent 100 mille ans. Les nouveaux objets découverts dans les grottes d’El Khenzira sont en cours d’étude et de datation et qui vont confirmer que le Maroc est d’ores et déjà considéré comme le seul espace géographique au monde où plusieurs sites fournissent ces objets symboliques et pourrait donc être considéré comme un centre de création de ces innovations culturelles et leur diffusion aussi bien en Afrique qu’en Europe. Les découvertes réalisées dans les grottes d’El Khenzira sont en cours d’étude par l’équipe scientifique composée de chercheurs marocains de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine à Rabat en collaboration avec le laboratoire de géomorphologie de la faculté des lettres et sciences humaines de Ben M’Sik à Casablanca, de l’Université d’Oxford en Grande Bretagne et de l’Université d’Aix- Marseille en France. Les premiers résultats de datation sont attendus au cours de cette année 2017. Le débat qui a suivi cette riche conférence a démontré le haut niveau d'intérêt que porte la société civile et les intellectuels au sujet du patrimoine et en particulier à ce site préhistorique unique en son genre dans toute la région et qui apporte des renseignements énormes pour la Préhistoire du Maroc. En revanche, la question récurrente fut comment préserver et mettre en valeur ce beau patrimoine. C'est pourquoi, les conférenciers et le présentateur ont beaucoup salué l'implication dans ce projet d'El-Khenzira aussi bien des habitants du Douar, de la société civile J'didi en général, des élus locaux (Conseil communal) et des Autorités provinciales en témoignant d'un bon esprit de collaboration et d'assistance. Il en ressort que les grottes d'El-Khanzira en créant cette synergie et cette dynamique autour d'elles, il faut qu'elles jouissent le plutôt possible d'un projet de protection physique et de mise en valeur et les intégrer dans des programmes du tourisme culturel et du tourisme scientifique. A défaut d'un projet pareil, les grottes resteront à la merci du vandalisme et des chercheurs des trésors.